Traitement des Fibromes Utérins sans chirurgie

Par Élise Petit , le 5 février 2024 , mis à jour le 5 février 2024 — tous - 9 minutes de lecture
Traitement Fibromes Utérins sans chirurgie

Les fibromes utérins, également connus sous le nom de léiomyomes, sont des tumeurs non cancéreuses qui se forment dans l’utérus chez de nombreuses femmes en âge de procréer. Bien que la chirurgie soit souvent envisagée pour traiter les fibromes, il existe des approches non chirurgicales qui peuvent offrir des alternatives efficaces. Cet article explore les différentes options de traitement des fibromes utérins sans recourir à la chirurgie.

Comprendre les Fibromes Utérins

Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes qui se développent dans ou autour de l’utérus. Ils sont composés de tissu musculaire lisse et de tissu conjonctif provenant de la paroi de l’utérus. Ces tumeurs varient grandement en taille, allant de très petites à de grandes masses qui peuvent déformer et agrandir l’utérus.

En termes de symptômes, ils peuvent être très variables. Certains fibromes peuvent être asymptomatiques,comme décrit sur le site de xpermd.org C’est-à-dire qu’ils ne provoquent aucun symptôme, et sont souvent découverts par hasard lors d’un examen pelvien de routine ou d’une échographie. Cependant, lorsqu’ils sont symptomatiques, les fibromes peuvent provoquer une gamme de problèmes, dont les plus courants sont :

1.      Menstruations abondantes ou prolongées : Ceci est souvent dû à la présence de fibromes qui altèrent la façon dont l’utérus se contracte pendant les menstruations.

2.      Douleurs pelviennes : Elles peuvent être dues à la taille ou à l’emplacement des fibromes. Parfois, un fibrome peut exercer une pression sur d’autres organes pelviens.

3.      Problèmes de fertilité : Bien que la plupart des femmes avec des fibromes puissent concevoir naturellement, certains fibromes peuvent interférer avec la fertilité, en particulier lorsqu’ils bloquent les trompes de Fallope ou altèrent la forme de l’utérus.

A lire également : Comment arriver à bout d’un fibrome naturellement ?

4.      Autres symptômes : Ils peuvent inclure des pressions sur la vessie, entraînant une miction fréquente, ou sur le rectum, causant une constipation. Des douleurs dorsales ou des douleurs pendant les rapports sexuels peuvent également survenir.

Il est important de noter que la présence de fibromes n’est pas nécessairement une source de préoccupation majeure, surtout s’ils sont petits et ne causent pas de symptômes. Leur traitement dépend de plusieurs facteurs, notamment leur taille, leur emplacement, les symptômes qu’ils provoquent, et si la femme souhaite avoir des enfants à l’avenir.

Options de Traitement sans Chirurgie

1. Thérapies Médicamenteuses

1.      Analgésiques et Anti-inflammatoires :

Ces médicaments sont souvent utilisés pour gérer les symptômes douloureux associés aux fibromes utérins.

○        Les analgésiques, tels que l’acétaminophène (paracétamol), peuvent aider à soulager la douleur légère à modérée.

○        Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), comme l’ibuprofène ou le naproxène, sont particulièrement efficaces pour traiter les douleurs menstruelles intenses, qui sont une plainte courante chez les femmes souffrant de fibromes.

Ces médicaments traitent les symptômes et non la cause des fibromes. Ils sont généralement considérés comme une solution à court terme ou pour un soulagement symptomatique.

2.      Contraceptifs Hormonaux :

○        Les contraceptifs hormonaux, comme les pilules contraceptives orales, les dispositifs intra-utérins (DIU) à progestatif, les implants, et les injections, jouent un rôle dans la gestion des symptômes des fibromes.

○        Ils peuvent aider à réguler le cycle menstruel et à réduire les saignements menstruels abondants (ménorragie) souvent associés aux fibromes.

A lire également : Comprendre l’Achluophobie : Tout savoir sur la peur de l’obscurité que vie l’Achluophobe

○        Ces médicaments fonctionnent en modifiant les niveaux hormonaux dans le corps, ce qui peut aider à réduire la croissance des fibromes ou à prévenir leur apparition.

○        Ils sont parfois utilisés comme mesure temporaire en attendant une autre forme de traitement ou pour les femmes qui ne souhaitent pas de traitement chirurgical.

La décision de les utiliser dépend de plusieurs facteurs, notamment la sévérité des symptômes, la taille et l’emplacement des fibromes, ainsi que les objectifs de fertilité de la femme. Il est toujours conseillé de discuter de ces options avec un professionnel de santé pour déterminer le meilleur plan de traitement en fonction des circonstances individuelles.

2. Thérapies d’ablation

1.      Ablation par Radiofréquence (RF) :

○        Cette technique utilise des ondes de radiofréquence pour générer de la chaleur et détruire les cellules des fibromes.

○        Pendant la procédure, une sonde est insérée dans le fibrome sous guidage échographique ou par imagerie par résonance magnétique (IRM). La sonde émet des ondes de radiofréquence qui chauffent et détruisent les tissus fibromateux.

○        L’ablation par RF est généralement effectuée en ambulatoire, ce qui signifie que la patiente peut rentrer chez elle le jour même de l’intervention.

○        Cette méthode est connue pour offrir un soulagement rapide des symptômes, en particulier des saignements menstruels abondants et de la douleur pelvienne.

○        Comme elle est moins invasive que la chirurgie traditionnelle, la récupération est généralement plus rapide.

A lire également : Comment faire son diagnostic médical soi-même ?

2.      Ablation par Ultrasons Focalisés (FUS) :

○        L’ablation par ultrasons focalisés est une technique non invasive qui utilise des ultrasons de haute intensité pour cibler et détruire les fibromes.

○        Pendant le traitement, les ultrasons sont focalisés sur le fibrome, créant une zone de chaleur intense qui détruit les tissus fibromateux sans endommager les tissus environnants.

○        Cette procédure est souvent réalisée sous guidage par IRM, permettant au praticien de visualiser précisément le fibrome et de surveiller le traitement en temps réel.

○        L’avantage majeur de cette méthode est son caractère non invasif. Il n’y a pas d’incisions, ce qui réduit le risque d’infection et les temps de récupération.

○        La FUS est particulièrement adaptée pour les femmes qui souhaitent préserver leur fertilité et celles qui cherchent une alternative à la chirurgie.

Chaque méthode d’ablation a ses propres avantages et limitations, et la décision d’utiliser l’une ou l’autre dépendra de divers facteurs tels que la taille, le nombre et l’emplacement des fibromes, ainsi que les préférences et les conditions médicales de la patiente. Comme toujours, il est essentiel de consulter un spécialiste pour évaluer la meilleure option de traitement en fonction du cas spécifique.

3.  Embolisation des Artères Utérines

L’embolisation des artères utérines est une technique minimale invasive qui sert à traiter les fibromes utérins en réduisant leur apport sanguin. Cette procédure est effectuée par un radiologue interventionnel. Durant le traitement, un cathéter est inséré dans une artère de la jambe et guidé vers les artères utérines qui alimentent le fibrome. De petites particules sont alors injectées pour obstruer ces artères, ce qui prive les fibromes de sang et de nutriments et entraîne leur réduction en taille. L’avantage de l’EAU réside dans sa capacité à éviter une chirurgie majeure, tout en étant efficace pour diminuer les symptômes comme les saignements abondants et la douleur pelvienne. De plus, la période de récupération après cette procédure est généralement plus brève que celle à la suite à une intervention chirurgicale.

A lire également : La capsulite de l’épaule : quand la douleur immobilise et conduit à un arrêt de travail

4.  Traitement par Hormonothérapie

Le traitement des fibromes utérins par hormonothérapie implique la manipulation des niveaux hormonaux qui influencent la croissance des fibromes. Un exemple courant de cette approche est l’utilisation d’agonistes de la GnRH, qui suppriment la production d’œstrogènes et de progestérone. Cette suppression hormonale peut conduire à une diminution temporaire de la taille des fibromes, ce qui est souvent recherché avant une intervention chirurgicale pour simplifier l’opération. Néanmoins, cette méthode n’est généralement pas recommandée pour une utilisation à long terme en raison de ses effets secondaires, tels que l’ostéoporose, les bouffées de chaleur et d’autres symptômes associés à la ménopause. Il est donc important de discuter avec un médecin des avantages et des inconvénients de cette option de traitement, en tenant compte des circonstances individuelles de chaque patiente.

Élise Petit

Bonjour à tous, je suis Élise. Maman de deux enfants, je suis passionnée par tout ce qui concerne la maison et la décoration. J'aime transformer un espace en un lieu chaleureux et accueillant. J'ai aussi un faible pour la pâtisserie, surtout les macarons !

Voir les publications de l'auteur