Quelles sont les étapes du deuil ?

Quelles sont les étapes du deuil ?

La disparition d’un proche (conjoint, famille, amis) initie au plus profond de chacun un processus qui est à la fois naturel, incontournable et indispensable qu’on appelle le deuil. C’est un sujet encore quelque peu tabou auquel sont confrontés de nombreuses personnes qui se retrouvent dépassées par les événements et les nombreuses épreuves qu’elles doivent supporter dont l’enterrement, le choix des plaques funéraires, le tri des affaires du défend, les différentes étapes du deuil, etc.
Aujourd’hui, nous avons consacré un article sur les étapes du deuil, telles qu’elles ont été conceptualisées par la psychiatre Élisabeth Kübler-Ross en 1969. 

Qu’est-ce que le modèle Kübler-Ross ?

C’est dans son livre de 1969 « les derniers instants de la vie » que la psychiatre suisse Élisabeth Kübler-Ross a proposé son modèle pour la première fois à partir de ses travaux sur les patients en phase terminale d’une maladie.

Selon cette théorie, il est possible de classer en cinq étapes majeures les stades par lesquelles passe une personne endeuillée, mais également lorsqu’elle est confrontée à toute perte catastrophique : emploi, revenu, liberté, divorce, toxicomanie, infertilité, etc.

Avant d’exposer en détail ces cinq phases, il faut garder en tête que cette théorie est la simplification d’un processus complexe qui peut subir des variations. En principe, chaque personne passe par au moins deux étapes et dans un ordre qui lui est propre.

En effet, la souffrance peut évoluer au fil du temps et de l’apparition d’éléments propres au vécu de chacun. C’est pourquoi il peut y avoir des retours de tristesse, des remémorations, des étapes conjointes comme le fait d’être en colère et en dépression de manière simultanée.

Malheureusement, Élisabeth Kübler-Ross n’a pas énoncé dans sa théorie une notion de temporalité. Traverser ces cinq étapes ne peut pas être considéré comme une course contre la montre et il n’est pas possible de comparer son deuil avec celui d’un autre. Chaque personne nécessite ainsi un temps qui lui est propre pour se remettre d’un deuil sans pour autant oublier l’être disparu. Notamment en se rappelant de lui par les souvenirs, mais aussi les plaques décès, comme celles disponibles sur plaquedeces.fr.

Les étapes du deuil

1/ Le choc et le déni

Il s’agit de la première étape pendant laquelle la personne éprouve à l’annonce de la perte d’un être cher. Tout d’abord, le déni est le mécanisme de défense naturel et inconscient envers une situation qu’une personne pense ne pas pouvoir gérer. Pendant cette phase, la personne nie l’information reçue et refuse d’admettre la vérité, la douleur étant insurmontable. Cet état de choc nous empêche d’effectuer les tâches les plus simples et les décisions de base.

2/ La colère

C’est lors de cette étape que la personne en deuil se rend compte que la perte est bien réelle. Les personnes confrontées la décrivent comme une phase chaotique et effrayante, car la personne ressent une douleur psychique intense à tel point que certains ont besoin de médicaments ou compensent avec de l’alcool.
Selon Élisabeth Kübler-Ross, la colère correspond au sentiment d’injustice légitime que la personne ressent face à la situation. Cette colère peut alors inconsciemment se diriger vers une personne désignée comme responsable de la perte. Cette étape est cruciale, car elle permet d’externaliser la douleur et de la soulager.

3/ Le marchandage

Lors de cette étape, les personnes tentent de prendre leurs distances de la réalité de la situation ou de minimiser la perte. Elles souhaiteraient imaginer un autre scénario ou une manière de compenser ou d’inverser la situation. Pour atténuer la douleur, les personnes en deuil entreprennent des négociations avec elles-mêmes afin de trouver une compensation au vide ressenti.

4/ La dépression

Pour la première fois, la personne est consciente et accepte la perte de l’être cher et les conséquences : dépression, perte de moral, désespoir, etc. Cette étape est cruciale dans la mesure où il s’agit d’un signe d’une amélioration psychique face au deuil et d’un moment structurant du processus de deuil. Toutefois, de nombreuses personnes s’arrêtent à ce stade ou y demeurent pendant des années.

5/ L’acceptation

La dernière étape décrite par Élisabeth Kübler-Ross correspond à la situation dans laquelle la personne éprouve un sentiment de stabilité ou de résignation face au deuil et au fait que la réalité ne peut pas être changée. C’est enfin une période de paix où on accepte de vivre sans l’autre et commence à réfléchir à l’avenir.